Les sons du Burkina (vol. 1)


Voici un billet qui cherche à vous projeter dans certains des environnements sonores qu’on peut croiser au Burkina. J’espère que ça vous permettra de voyager un peu avec moi et partager ces moments uniques.

  1. Les séries éliminatoires ont commencé au Canada. Ici, le sport national est évidement le soccer (ou football). Cette enregistrement a été pris un soir de match. Imaginez-vous entrer dans un couloir sombre qui débouche sur un endroit au dimension… disons d’un garage double québécois. Sur la terre battue on a placé des bancs en bois sur lesquels 130-150 fans sont assis. Il fait chaud et on est tous tassés devant trois gros téléviseurs. On suit deux matchs à la fois avec le son à tu-tête. Évidemment, la foule commente tous les jeux et s’emporte à l’occasion devant un beau jeu ou lors d’un but. L’ambiance est survoltée… oreilles sensibles s’abstenir! –>
  2. Les nuits sont parfois agitées et sonores. Celui-ci est enregistrement fait à proximité du domicile d’un ami et collègue, Idrissa. Près de chez lui, il y a un vidéo où on projette des films de tout genre sous un abris. Pour attirer les gens, on utilise d’immense caisse de son…  coeur sensible s’abstenir! –>
  3. Tout un contraste: même endroit, Toma, mais cette fois on se dirige à l’église d’où on entend les chants d’une messe le soir. –>
  4. Les salutations font partie des rituels à ne pas négliger. Au pays de Samo, les salutations ressemblent à une véritable chorégraphie sonore. Cet enregistrement a été effectué lors de ma première visite dans un village. Accompagné d’un employé de la coopérative, nous avons fraternisé avec les gens du village de Tô en buvant le dolo. On rit, on s’amuse et on échange les nouvelles. Remarqué bien la longeur et le détail des saluations entre la vieille dame et l’animateur qui m’accompagne qui dure et dure (à environ 1min20s). Ignorer par la suite ma réponse maladroite…😉 –>
  5. Dans les premiers jours, les jeunes enfants de ma famille d’accueil au village gardait toujours une certaine distance. Ils parlaient peu français et étaient plutôt gênés… moi aussi. Un soir (on entend les criquets à les animaux à l’arrière), alors que j’étais assis de mon côté et qu’eux étaient étendus sur les nattes près de leur mère, ils ont commencé à compter… en français. Je me suis rapproché sentant qu’il s’agissait pour eux d’une manière de briser la barrière linguistique. À partir de ce jour, la distance semblait moins grande… ingénieux comme truc! —>

Bonne écoute!

Cet article, publié dans Ma vie au quotidien, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les sons du Burkina (vol. 1)

  1. Geneviève dit :

    Super ton billet!!!

  2. jdaniow dit :

    Oh c’est une idee genial pour un billet! Je voudrais bien avoir de l’internet assez rapide pour dowloader. Et je vois que t’as un account twitter aussi! Wow Bernard, je pense que tu es le plus avance avec les affaires technologiques de notre groupe.

  3. apvachon dit :

    Très bonne idée Bernard,

    ça nous aide a partager ton expérience, mais ça te fera aussi un très beau souvenir dans quelques années pour revisiter ton voyage.

    je crois que le son du point 2 et 3 sont les mêmes. Je préparais mon coeur sensible, mais c’est des chansons d’église que j’ai entendues…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s