L’oasis… (Série 2 de 2)


Note: Si ce n’est déjà fait, il faut lire le billet intitulé « La déseritude » d’abords.

L’oasis, c’est la main qui se soulève pour vous saluer au passage. C’est la main qui se tend à votre rencontre pour vous souhaiter la bienvenu. Ce sont les myriades de liens qui se tissent à chaque instant, à chaque rencontre. Ce sont ces habitants solidaires dans l’adversité.

Couture sur l'écorce de la calebasse utilisée pour cuisiner ou dans la confection d'instruments de musique

L’oasis, ce sont les deux femmes à vélo qui se sont arrêtées pour aider cette autre femme à ramasser les quelques graines tombées de son sac.

L’oasis, c’est cette forêt éternelle parce que sacrée. Ce sont ces calebasses auxquelles les femmes redonnent vie. Ce sont ces choses qui ne meurent jamais ici.

L’oasis, c’est cette fête au village pour la femme qui nous a quittés. Ce sont les rythmes et les danses folles, pleines de vie pour saluer son passage dans l’autre monde.

L’oasis, ce sont ces hommes assis côte à côte, l’un musulman et l’autre catholique, et qui ne remarquent même pas leur différence. Ce sont ces traditions qui unissent le peuple au-delà des idées et des politiques.

Une femme à vélo sur une route de terre battue

L’oasis, c’est l’allure fière de la femme à vélo sur une route poussiéreuse. C’est son air flegmatique et la défiance de son regard sur l’emprise des forces destructrices de ce monde.

L’oasis, ce sont ces hommes d’un autre temps qui font place aux femmes et cherchent à les entendre.

L’oasis, c’est la spontanéité du rire de l’enfant. Ce sont les dents qui brillent et la joie qui vous atteint droit au cœur. Ce sont les yeux des parents éblouis par leur enfants.

Sourire d'enfant.

L’oasis, c’est le sol  pétrifié, disséqué par la sécheresse auquel on a redonné vie. C’est ce jardin verdoyant qui trahit l’horizon huileux. Ce sont ses bras, ses jambes et cette sueur qui auront su faire pousser dans le désert.

Une femme pose fièrement avec ses deux arrosoirs

L’oasis, c’est l’importance qui est donnée à la parole. C’est l’honnêteté des gens malgré la souffrance et le désespoir. C’est un peuple fier, courtois et aimable.

L’oasis, ce sont les Burkinabès, habitants de cette « Terre des hommes intègres ». C’est la promesse qu’un autre monde est possible. À l’horizon, regardez! On l’aperçoit déjà. Ne reste-t-il pas qu’à nous de faire le choix: l’oasis est-il illusion ou réalité? Un autre monde est-il possible?

Personnellement, mon cœur a fait son parti. C’est un acte de foi, mais je vis mieux dans l’espoir. Je ne le verrai sûrement jamais de mon vivant, mais je sais qu’il y a promesse d’un demain glorieux, d’un monde de justice pour tous… ce n’est pas un mirage!

Un jardin dans le désert...

Cet article a été publié dans Pensée intime. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour L’oasis… (Série 2 de 2)

  1. Rachel Guay dit :

    Cher Bernard, La lecture de tes récits est si agréable et nous permet de découvrir un peuple et un pays fascinants; merçi de nous partager tout cela… Tes photos sont aussi très belles et nous permettent d’apprécier encore plus tes textes. Nous sommes très très fiers de toi! Love you xoxoxo Rachel

  2. Jacinthe dit :

    Beau message d’espoir mon amour!

  3. nicoleblouin dit :

    C’est merveilleux ce que tu nous fais voir avec tes mots. Maman xx

  4. Charles-Philippe dit :

    Wow, Je vient tout juste de découvrir ton blog, j’apprécie tellement tes textes, celui-ci me bouleverse particulièrement, tu est rempli de talent Bernard! Prend soin de toi profite de chaque moment, nous pensons à toi
    take care, bye
    Charles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s